Histoire

Histoire_1

Le berceau de cette race de chevaux se retrouve sur le vieux continent, à cette époque des chevaux tachetés existaient déjà. Des dessins rupestres de chevaux tachetés furent découverts en France dans les grottes de Lascaux et Pech-Merle, ils datent de 18.000 Av. JC. Nous savons avec certitude qu’aux environs de 1000 Av. JC, des cavaliers asiatiques possédaient des chevaux tachetés quand ils ont conquis l’Autriche actuelle. Le char de combat d’un roi Perse qui attaqua la Grèce était tiré par des chevaux tachetés.

Histoire_2Depuis 1600, des chevaux tachetés firent leur apparition dans toute l’Europe et en 1685, ils furent importés en Angleterre, où naquit un élevage qui existe toujours à l’heure actuelle.

L’Autriche joue un rôle prépondérant pour les chevaux tachetés parce que l’Empire d’Allemagne de Charles Quint englobait également l’Espagne et l’Autriche. Ainsi des chevaux Andalous arrivèrent à Kladrud et plus tard aussi à Lipizza. À Kladrud, de Lourds chevaux qui n’allaient pas à Lipizza furent croisés avec d’autres chevaux lourds donnant ainsi naissance à la race Pinzgauer.

Les origines du cheval Appaloosa se retrouvent exclusivement dans l’élevage des indiens Nez-Percés.

Parlons maintenant du développement de la race dans le Nouveau Monde. Aux environs de 1500, les premiers Espagnols s’établirent au Mexique pour y élever des moutons et des chevaux. Des Indiens travaillaient chez ces colonisateurs mais ne pouvaient monter leurs chevaux.

Mais, petit à petit, ils volèrent des chevaux aux Espagnols et apprirent à s’en servir. En 1621, un transport maritime partit de Triestre jusqu’à Veracruz, des chevaux tachetés se trouvaient à bord. Pourtant de nombreuses années passèrent avant l’arrivée des chevaux dans le nord. C’est probablement vers 1700 que des chevaux tachetés arrivèrent dans les environs de la tribu des Nez Percé grâce aux indiens Navajo. Les Nez-Percés s’établirent vers cette époque dans la région frontalière de l’Oregon, l’Idaho et Washington, où ils vivaient de la pêche. Durant l’été, ils quittèrent la vallée pour s’établir dans la montagne. Là, ils firent du commerce avec les Shoshones. Lors de ces échanges, ils virent pour la première fois un animal de la taille d’un cerf, qui mangeait de l’herbe et qui servait comme animal de bât.

Ils ont bien sûr troqué un de ces animaux, puis deux et ainsi de suite. Quand les Nez-Percés en possédèrent plusieurs, ils ne les échangèrent plus mais les dérobèrent. Après environ 15 à 20 ans, tous les indiens Nez-Percés possédaient des chevaux et savaient s’en servir. En moins d’un siècle, un changement radical s’accomplit au sein de cette tribu : d’un peuple de pêcheurs et fermiers, ils passèrent à un peuple de chasseurs nomades. Cette tribu était la seule à élever des chevaux. Cela ne signifiait pas uniquement les multiplier mais bien choisir les chevaux pour l’élevage. Les chevaux les plus lourds ne servaient pas à l’élevage, mais étaient employés comme animaux de bât. Les juments et étalons les plus forts, rapides et agiles étaient destinés à accroître l’élevage de chevaux excellents pour la chasse au bison ou pour la guerre.

Le plus impressionnant est que personne n’avait appris aux Nez-Percés comment démarrer un élevage. En 1806 parut un article de Lewis dans lequel il décrivait son étonnement face à l’élégance, la qualité et l’endurance des chevaux des Nez-Percés. Il écrivit aussi que les étalons de moindre qualité furent castrés et que l’élevage fut réservé uniquement aux meilleurs. Ce n’est certainement pas aux Nez-Percés que l’on doit l’existence des chevaux tachetés, mais c’est certainement grâce à eux que l’Appaloosa brille par ses exploits à travers le monde. Le nom APPALOOSA ne fit son apparition que bien plus tard, aux environs de 1870. A cette époque, des cultivateurs de blé s’établirent le long de la rivière Palouse. Les indiens Nez-Percés y vivaient également et possédaient un grand troupeau de chevaux tachetés. Les fermiers les appelèrent d’abord “Palouse”, ensuite “Palousey Horses” qui devint ” A Palousey”. Au fil du temps, “A Palousey” fut raccourci en “Apalousey” et de là naquit le mot “Appaloosa”.

Histoire_4

Le plus triste épisode de l’histoire de l’Appaloosa débuta le 15 mai 1877. Le Général HOWARD ordonna au Chef Joseph et à son peuple de se rendre à la réserve de Lapwai avec tous leurs biens.

Les indiens acceptèrent mais par manque de temps, ils durent traverser la rivière Snake. D’une largeur de 400 m., celle-ci était à cette époque gonflée par la fonte des neiges et constituait un torrent au courant très fort. Les Nez-Percés gagnèrent l’autre rive poussés par leurs chevaux qu’ils avaient attachés aux radeaux en peau de bison. Mais le courant était si fort que de nombreux chevaux furent emportés. Après ce passage, auquel tous les indiens survécurent, 900 Appaloosas furent noyés.

Les Nez-Percés avançaient en direction de la réserve de Lapwai. Sur le chemin, plusieurs incidents se produisent entre Indiens et Colons. La situation atteignit son comble lorsque 3 jeunes guerriers tuèrent 4 colons à la rivière Salmon. Une guerre éclata et transforma la caravane de déménagement en une caravane de guerre. A l’aube du 17 juin, les Indiens furent attaqués par le capitaine Perry, mais ses 112 soldats n’avaient aucune chance contre les 65 guerriers Nez-Percés. Ce fut le début d’une rafle de 3 mois et de 1300 miles ( environ 2080 Km). A Clearwater, le général Howard avec l’aide de 580 soldats attaqua par surprise 100 indiens Nez-Percés qui ignoraient comment arrêter l’assaut. Les indiens Nez-Percés continuaient à fuir vers le Lolo Pas pour quitter les Etats-Unis et atteindre Sitting Bull au Canada.

Malheureusement, à cause du télégraphe, l’armée américaine parvint à surprendre les indiens sur leur route. Ainsi, à l’aube du 29 septembre 1877, une autre attaque contre les indiens eut lieu. Six cents soldats se retrouvent face à 120 Nez-Percés. Ceux-ci parvinrent à endiguer l’attaque, mais furent assaillis pendant 6 jours par les soldats jusqu’à ce que le général Howard les rejoigne avec ses troupes. Le 5 octobre 1877, les indiens se rendirent. Tous les Appaloosas restant furent saisis et vendus à Fort Keogh. Les Nez-Percés furent amenés à la réserve et leurs chevaux furent presque oubliés.

Cependant, quelques personnes avaient toujours une grande passion pour l’Appaloosa. Parmi ceux-ci, notons Claude Thompson et le Dr. Francis Haines, qui rassemblèrent toutes les données possibles sur la race et établirent des normes d’élevage, qui existent pour la plupart aujourd’hui.

Ils créèrent ainsi l’Appaloosa Horse Club USA, le 30 décembre 1938 dans l’Etat de l’Oregon.
Durant les premières années, le club comptait 55 membres et 113 chevaux enregistrés. L’Appaloosa Horse Club a aujourd’hui enregistré plus de 675 000 chevaux.

Histoire_5